La grammaire est une chanson douce – Erik Orsenna

Edition : Stock

Date de parution : 2001

Nombre de page : 136 p.

A propos de l’auteur : Après des études de philosophie et de sciences politiques, Erik Arnoult, dit Orsenna, enseigne l’économie à l’Ecole normale supérieure. Il entame par la suite des activités administratives et devient conseiller ministériel puis conseiller culturel auprès du président François Mitterrand de 1981 à 1984. En décembre 1985, il entre au Conseil d’Etat et exerce les fonctions de maître des requêtes. Il est élu à l’Académie française le 28 mai 1998. Il est aujourd’hui vice-président de la société Cytale, dédiée au livre électronique.

 

Quatrième de couverture :

La grammaire est une chanson douce est une fantaisie joyeuse. Jeanne, la narratrice, pourrait être la petite sœur d’Alice, l’héroïne de Lewis Caroll, précipitée dans un monde où les repères familiers sont bouleversés.

Avec son frère aîné Thomas, elle voyage beaucoup : leurs parents sont séparés et vivent chacun d’un côté de l’Atlantique. Un jour, leur bateau fait naufrage et, seuls rescapés, et privés de leurs mots, ils échouent miraculeusement sur une île inconnue. Accueillis par Monsieur Henri, un musicien poète et charmeur, ils découvriront un territoire magique où les mots mènent leur vie : ils se déguisent, se maquillent, se marient.

C’est une promenade dans la ville des mots, pleine d’humour et de poésie, où les règles s’énoncent avec légèreté. Les tribus de verbes et d’adjectifs, les horloges du présent et du passé s’apprivoisent peu à peu, au rythme des chansons douces de Monsieur Henri.

 

Mon avis:

Voilà un conte plein de poésie, capable de transmettre le goût de la lecture. Lire ce roman, c’est renouer avec la grammaire, c’est la redécouvrir, c’est voir la beauté de la langue française, la beauté des mots.

Facile à lire, le livre est agrémenté par les jolies illustrations de Bigre, qui rendent le livre encore plus agréable.

Un petit roman qui devrait ravir les jeunes lecteurs, et les amoureux de la langue.

 

« Tout le monde dit et répète « Je t’aime ». Il faut faire attention aux mots. Ne pas les répéter à tout bout de champ. Ni les employer à tort et à travers, les uns pour les autres, en racontant des mensonges. Autrement, les mots s’usent. Et parfois, il est trop tard pour les sauver. »

 

Autres avis :

* Nelcie 

* Melisende

* Méloë

* Nini

* Rose

Chronique d’août 2011

Publicités

Une réflexion sur “La grammaire est une chanson douce – Erik Orsenna

  1. Pingback: ORSENNA Erik, La grammaire est une chanson douce | Le boudoir de Méloë

Prendre la plume

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s