La saga de Malorie Blackman

Edition : Milan

Date de parution : 2006 (tome 1) / 2006 (tome 2) / 2006 (tome 3) / 2009 (tome 4)

Nombre de page : 397 p. (tome 1) / 390 p. (tome 2) / 474 p. (tome 3) / 436 p. (tome 4)

A propos de l’auteur : Après avoir travaillé comme programmatrice informatique, Malorie Blackman se met à écrire pour les enfants et les adolescents. Son premier livre, Not So Stupid, un recueil de nouvelles est publié en 1990. Malorie Blackman devient une auteur à plein temps suite au succès recueilli par son premier roman Hacher qui sort en 1994 et qui est couronné par de nombreux prix. Depuis, cet auteur majeur de littérature jeunesse en Angleterre a signé 50 ouvrages. Auteur à succès, certains de ses livres sont des best-sellers en Angleterre. (source : Ricochet-jeune)

 

 

Quatrième de couverture tome 1 :

Callum m’a regardée. Je ne savais pas, avant cela, à quel point un regard pouvait être physique. Callum m’a caressé les joues, puis sa main a touché mes lèvres et mon nez et mon front. J’ai fermé les yeux et je l’ai senti effleurer mes paupières. Puis ses lèvres ont pris le relais et ont à leur tour exploré mon visage. Nous allions faire durer ce moment. Le faire durer une éternité. Callum avait raison : nous étions ici et maintenant. C’était tout ce qui comptait. Je me suis laissée aller, prête à suivre Callum partout où il voudrait m’emmener. Au paradis. Ou en enfer

Imaginez un monde. Un monde où tout est noir ou blanc. Où ce qui est noir est riche, puissant, et dominant. Où ce qui est blanc est pauvre, opprimé et méprisé. Un monde où les communautés s’affrontent à coup de lois racistes et de bombes. C’est un monde où Callum et Sephy n’ont pas le droit de s’aimer. Car elle est noir et fille de ministre. Et lui blanc et fils d’un rebelle clandestin… Et s’ils changeaient ce monde ?

Quatrième de couverture tome 2 :

J’ai compris que je ne savais rien de la manière dont je devais m’occuper de toi, Callie. Tu n’étais plus une chose sans nom, sans réalité. Tu n’étais plus un idéal romantique ou une simple manière de punir mon père. Tu étais une vraie personne. Et tu avais besoin de moi pour survivre. Callie Rose. Ma chair et mon sang. A moitié Callum, à moitié moi, et cent pour cent toi. Pas une poupée, pas un symbole, ni une idée, mais une vraie personne avec une vie toute neuve qui s’ouvrait à elle. Et sous mon entière responsabilité.

 Imaginez un monde. Un monde où tout est noir ou blanc. Où ce qui est noir est riche, puissant, et dominant. Où ce qui est blanc est pauvre, opprimé et méprisé. Noirs et Blancs ne se mélangent pas. Jamais. Pourtant, Callie Rose est née. Enfant de l’amour pour Sephy et Callum, ses parents. Enfant de la honte pour le monde entier. Chacun doit alors choisir son camp et sa couleur. Mais pour certains, cette couleur prend une teinte dangereuse… celle de la haine.

Quatrième de couverture tome 3 :

Voilà les choses de ma vie dont je suis sûre : Je m’appelle Callie Rose. Je n’ai pas de nom de famille. J’ai seize ans aujourd’hui. Bon anniversaire, Callie Rose. Ma mère s’appelle Perséphone Hadley, fille de Kamal Hadley. Kamal Hadley est le chef de l’opposition – et c’est un salaud intégral. Ma mère est une Prima – elle fait donc partie de la soi-disant élite dirigeante. Mon père s’appelait Callum McGrégor. Mon père était un Nihil. Mon père était un meurtrier. Mon père était un violeur. Mon père était un terroriste. Mon père brûle en enfer.

Imaginez un monde. Un monde où tout est noir ou blanc. Où ce qui est noir est riche, puissant, et dominant. Où ce qui est blanc est pauvre, opprimé et méprisé. Dans ce monde, une enfant métisse est pourtant née, Callie Rose. Une vie entre le blanc et le noir. Entre l’amour et la haine. Entre des adultes prisonniers de leurs propres vies, de leurs propres destins. Viendra alors son tour de faire un choix. Le choix d’aimer, malgré tous, malgré tout…

Quatrième de couverture tome 4 :

Tobey est amoureux de Callie. Fou amoureux. Pour son anniversaire, il veut lui offrir un cadeau digne d’elle, un cadeau de valeur. Alors il va accepter le pire : effectuer une livraison pour le gang McAuley. En échange d’un peu d’argent. Un argent qui le conduira directement en enfer…

 

Mon avis:

Rarement une série ne m’aura autant bouleversé. Après un premier roman exceptionnel, maintenir le niveau aurait pu sembler ardu. Pas pour Malorie Blackman. Chaque tome réussi le pari de nous entrainer dans ce monde inversé, où les Noirs sont puissants et les Blancs opprimés. Chaque tome est aussi bien écrit que le précédent. Chaque tome reste innovant, tout en traitant de sujets maintes fois aborder.

Car ces livres ne traitent pas seulement d’une histoire d’amour impossible, une sorte de Roméo et Juliette moderne, comme pourrait le laisser penser le premier résumé. Cette série traite avant tout du racisme, de la violence, de l’exclusion. Puis, par la suite, d’autres thèmes seront abordés : le racisme dans la société, et ce à quoi il peut conduire ; la place des individus dans cette société divisée, et le monde qu’ils souhaitent ; la maternité ; la difficulté des relations mère-fille ; la recherche de la vérité,…

Au départ trilogie, la série s’est dotée d’un inespéré quatrième tome. Basé sur un personnage jusque là secondaire, Tobey, ce tome nous montre que la société a évoluée, même si les tensions entre Primas et Nihils sont encore bien présentes. Et comment le désir de vengeance, même par amour, peut nous dévorer.

Mais le plus important, c’est que Malorie Blackman ne tombe jamais dans une écriture moralisatrice et qu’elle nous montre que, quelque soit la société dans laquelle on évolue, personne n’est tout blanc, ou tout noir.

 

Chronique de septembre 2011

Publicités

Prendre la plume

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s