Guadalquivir – Stéphane Servant

Édition: Gallimard (scripto)

Date de parution : 2009

Nombre de page : 198 p.

A propos de l’auteur : Stéphane Servant est né dans le sud de la France en 1975. Curieux et touche-à-tout, il s’est aventuré dans la littérature étrangère, le développement culturel, le graphisme, et l’écriture scénaristique. Il a longtemps travaillé en milieu scolaire et associatif en tant qu’intervenant artistique et chargé de projets culturels. Aujourd’hui, il est auteur et illustrateur pour la presse, la communication et l’édition jeunesse. Il vit près de Carcassonne. (source : prix-chronos.org)

Quatrième de couverture :

Frédéric a surmonté l’épreuve du feu. Il fait maintenant partie de la Meute, la bande de skinheads qui sévit dans le quartier, et s’appellera désormais « Croco ». Croix gammée, violence, drogue… la rage de Frédéric a de quoi s’exprimer. Mais lorsqu’il apprend que sa grand-mère, Pepita, s’est enfuie de l’hôpital pour revoir une dernière fois sa terre natale, Frédéric la rejoint. Commence alors pour les deux fugitifs un voyage un peu fou à travers l’Andalousie. Sur les traces de ses origines, Frédéric va de mésaventures en révélations, mais surtout, il rencontre Kenza qu’il déteste autant qu’elle lui ressemble.

Le portrait sensible et tout en nuances d’un adolescent à vif qui cherche sa voie. Un premier roman très visuel qui vous embarque, comme un road-movie, de l’ombre vers la lumière.

Mon avis:

Stéphane Servant signe ici un roman à la fois tendre et violent. Violent, parce qu’il est question de maladie, de vengeance, de racisme, de mort, de souffrance. Tendre, car il est aussi question d’amour, de liberté, d’entraide, d’acceptation, de paix. Bouleversant par la justesse de ses mots, Stéphane Servant nous montre que l’Autre n’est pas forcément un ennemi, et nous apprend la force du pardon.

Moins de 200 pages, avec des chapitres courts (1 à 4 pages) et un format demi-poche, ce roman ravira autant les petits que les grands lecteurs, les adolescents que leurs parents.

Autres avis :

Paikanne ; Taliesin

Chronique d’octobre 2011

Publicités

Prendre la plume

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s