Les âmes croisées – Pierre Bottero

Édition: Rageot

Date de parution : 2010

Nombre de page : 424 p.

A propos de l’auteur : Pierre Bottero est né en 1964. Il a exercé le métier d’instituteur pendant longtemps. Grand amateur de littérature fantastique, convaincu du pouvoir de l’Imagination et des Mots, il a toujours rêvé d’univers différents, de dragons et de magie.  » Enfant, je rêvais d’étourdissantes aventures fourmillantes de dangers mais je n’arrivais pas à trouver la porte d’entrée vers un monde parallèle ! J’ai fini par me convaincre qu’elle n’existait pas. J’ai grandi, vieilli, et je me suis contenté d’un monde classique… jusqu’au jour où j’ai commencé à écrire des romans. Un parfum d’aventure s’est alors glissé dans ma vie. De drôles de couleurs, d’étonnantes créatures, des villes étranges… J’avais trouvé la porte. « . Pierre Bottero est décédé le Dimanche 8 Novembre 2009 d’un accident de moto. (source : Livraddict)

 

Quatrième de couverture :

« Qui veux-tu être, Nawel ? Qui veux-tu vraiment être ? » Elle le savait désormais.

– Je me nomme Nawel Hélianthas…

Un vœu, un simple choix, possédait-il le pouvoir d’orienter une existence entière ?

– Je sollicite le droit et l’honneur de revêtir…

Un mot, un unique mot pouvait-il devenir une clef ?

 

Mon avis:

C’est le second roman de Pierre Bottero que je lis, et il est d’un style plutôt différent de A comme Association.

Ici, nous nous retrouvons dans un autre monde, où la classe dominante, les Perles, règne en maitre sur le peuple des Cendres, simples exécutants sans valeur. Dans cette société habite Nawel, jeune fille appartenant à la grande famille des Hélianthas, et ses deux meilleurs amis : la douce et timide Phillia et Ergaïl, le neveu du roi. Ils sont tout les trois des Aspirants, à quelques jours de la cérémonie durant laquelle ils annonceront leur vœu et rejoindront une des dix castes. Nawel veut devenir Mage, comme sa mère. Mais lorsque par la faute de son arrogance, une jeune Cendre et son bébé meurent, sa vie bascule. Tandis qu’elle prend peu à peu conscience des faux-semblants qui remplissent sa vie, elle cherche à changer et à expier sa faute. Et si c’était justement la cérémonie pleine d’hypocrisie des vœux qui lui donnera cette opportunité ?

J’ai été totalement transporté dans ce nouveau monde. J’ai suivi avec une tendresse croissance l’évolution de Nawel, ses choix, ses épreuves. J’ai aimé la voir grandir, comprendre, guérir, devenir responsable. Ici, l’humour est plus rare que dans A comme Association, mais néanmoins présent. Mais à la place, on trouve un roman plus profond, où Nawel apprend notamment que les gens différents ne sont pas forcément des monstres.

Les descriptions magnifiques de Pierre Bottero font naitre le monde de Nawel devant nos yeux. Et c’est avec une tristesse immense qu’on voit la dernière page arrivée, qu’on abandonne Nawel et qu’on referme ce livre.

 

Autres avis :

Lelanie ; Azilis ; Pholi ; Marmotte ; Luna ; Nicko

 

Chronique d’octobre 2011

Publicités

Prendre la plume

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s