Jon Shannow, l’intégrale – David Gemmell

Titre VO : The Complete Chronicles of the Jerusalem Man

Édition : Bragelonne

Date de parution : 2011

Nombre de page : 744 p.

A propos de l’auteur : Depuis Légende, son premier roman, David Gemmell n’a publié que des best-sellers. Reconnu comme le maître de l’Heroic Fantasy en Grande-Bretagne, cet ancien journaliste avait été videur dans les bars de Soho à Londres avant de prendre la plume. Sa gouaille naturelle lui avait toujours permis d’éviter de se servir de ses 120 kilos. Cette gouaille se retrouve dans ses ouvrages dont le rythme soutenu entraîne le lecteur dans des aventures épiques et riches en couleurs, où Gemmell savait mettre tout son cœur. Ce même cœur qui l’a abandonné en juillet 2006, à l’âge de 57 ans. (source : Livraddict)

 

Quatrième de couverture :

Dans un monde où la civilisation a été remplacée par une ère de barbarie et de cruauté, un homme solitaire est en quête de rédemption. Son nom est Jon Shannow. Pour une raison qu’il ignore, il semble avoir éveillé la colère d’Abaddon, le chef d’une gigantesque armée de fanatiques religieux pratiquant le sacrifice humain afin d’apaiser les Pierres de Sans, morceaux d’étoiles dotés d’étranges pouvoirs.

Mais Abaddon a commis une erreur : il a enlevé la seule femme qui compte aux yeux de Jon Shannow. Pour la sauver, l’homme errant est capable de remuer le ciel et la terre… et l’enfer.

 

Mon avis:

Un David Gemmell, encore. Mais cette fois ci, dans un style différent de ce que j’ai l’habitude de lire.

N’y allons pas par quatre chemins : je n’ai pas vraiment aimé. Pourtant, impossible de dire que le lire est mal écrit. La plume de Gemmell est, à son habitude, très agréable à lire. Je ne peux pas non plus critiquer le personnage de Jon Shannow. Il est tout ce que j’aime chez les personnages de Gemmell : un antihéros tourmenté, mais auquel on s’attache. Le scénario n’a rien à se reprocher : bien ficelé, mélangeant action, aventure, suspens, et émotion avec brio. Et la magie est présente elle aussi.

Non, le problème vient tout simplement du fait que ce roman se rapproche plus que d’habitude de la réalité. Des univers parallèles qui envoient Jon Shannow dans l’Amérique moderne, des avions, des pistolets, … Ce que j’apprécie et que je recherche, dans la fantasy, c’est de m’éloigner de notre monde le plus possible. Et ici, ce n’est pas le cas.

Néanmoins, je suis certaine que ce roman aux airs de western plaira à d’autres. Et comme il est difficile de ne pas recommander un livre de David Gemmell je ne dirais qu’une chose : lancez-vous !

Chronique de décembre 2011

Publicités

Prendre la plume

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s