Les collège de magies, tome 1 : L’équilibre des ancres – Caroline Stevermer

Titre VO : A College of Magics

Édition : Moutons Electriques

Date de parution : 2006

Nombre de page : 424 p.

A propos de l’auteur : Caroline Stevermer est née dans un coin perdu du Minnesota. Après le lycée, elle poursuivit une licence en histoire de l’art au Bryn Mawr College en Pennsylvanie. Cette expérience est censé l’avoir inspirée pour écrire la première partie de Deux collèges de magie. Néanmoins, c’est depuis toute petite que la muse de l’écriture la titille, puisqu’elle savait depuis ses 8 ans qu’elle voulait devenir écrivain. En parallèle de plusieurs petits boulots, elle continue depuis à écrire. (source : Babelio)

 

Quatrième de couverture :

La jeune Faris Nellanine est l’héritière d’un petit duché d’Europe centrale, le Galazon. Trop jeune pour prétendre à son titre, elle est contrainte de laisser son despotique oncle Brinker régner à sa place. Jusqu’à ce qu’il exige qu’elle se rende en Normandie, pour étudier au collège de Verteloi. Soupçonnant que son oncle désire l’écarter afin de diriger à sa guise le pays sans l’avoir dans les jambes, Faris est pourtant contrainte d’obéir et, prenant le fameux train Orient-Express qui relie les principales capitales européennes, elle entame sa scolarité dans l’austère collège français. Mais il ne s’agit pas d’une école ordinaire – Faris et sa meilleure amie, Jane, vont rapidement découvrir qu’elles sont censées obtenir un diplôme… de magie !

Mais alors, pourquoi n’ont-elles aucun cours de magie ? Et, à l’autre bout du continent, que manigance l’oncle Brinker ? Les dangers et les mystères s’accumulent, et bientôt Faris va devoir risquer sa vie : pour elle-même, mais aussi pour son royaume et pour la stabilité du monde.

 

Mon avis:

Je ferai cette fois-ci une critique courte. Tout d’abord parce que je n’ai pas fini ce roman. J’ai lutté un moment, je me suis forcée à continuer, mais j’ai fini par abandonner, avant même la moitié du roman.

Le roman est brouillon, rien n’est expliqué, tout s’entremêle. Ne pas donner toutes les clés au lecteur peut être un excellant moyen de garder du suspens, de faire réfléchir le lecteur et de l’intégrer au lecteur mais ici, les tentatives de l’auteur pour expliquer comment fonctionne son monde sont totalement indigeste. C’est fort dommage, car le livre a du potentiel : une héritière déchirée entre son devoir envers son pays, et celui envers le monde ; de la magie ; une « méchante » qui promet (Ménary) ; une Europe différente de celle qu’on connait, qu’on a envie de découvrir ;…

Le second point qui m’a exaspéré est le nombre incroyable de fautes que compte l’édition : beaucoup de phrases ne veulent rien dire, car il manque des mots, les prénoms écrits ne sont parfois pas les bons,… (J’espère que J’ai lu, qui a réédité le roman, a fait une relecture efficace!) C’est très fatiguant et énervant de devoir s’arrêter dans sa lecture pour se demander ce que telle ou telle phrase signifie, ou encore quel personnage a réellement fait telle ou telle action.

En gros, L’équilibre des ancres est une très grande déception.

 

Chronique de novembre 2011

Publicités

Une réflexion sur “Les collège de magies, tome 1 : L’équilibre des ancres – Caroline Stevermer

Prendre la plume

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s