Sobibor – Jean Molla

Édition: Folio

Date de parution : 2011

Nombre de page : 198 p.

A propos de l’auteur : Jean Molla, né en 1958 au Maroc, est un auteur français de livres pour la jeunesse. Après avoir fait des études de lettres, il enseigne le français dans un collège. Son premier roman, Copie conforme parait en 2001. Sobibor, aux éditions Gallimard jeunesse, a été très remarqué. Il vit désormais à Poitiers.

 

Quatrième de couverture :

Emma est une jeune fille atteinte d’anorexie. Appréhendée dans un supermarché pour vol, elle ne peut qu’expliquer : « Je l’ai fait pour qu’on m’arrête. » Pourtant, Emma veut savoir, Emma veut comprendre. « Sobibor », ce nom, prononcé par sa grand-mère polonaise peu avant sa mort, lui apportera plus que de simples réponses.

Dans ce récit mettant en scène une adolescente aux prises avec des réalités qui la dépassent, Jean Molla revient sur un des épisodes les plus tragiques du siècle dernier.

 

Mon avis:

Pour cette fois, laissez-moi commencer par une petite histoire. Il y a pas mal d’années, j’ai lu un livre qui m’a beaucoup marqué. Plus tard, j’ai voulu le relire. Mais je ne me souvenais ni de l’auteur, ni du titre, ni même de l’édition. Seul me restait dans la tête une scène particulièrement marquante du roman. Il y a quelques mois, on m’a offert Sobibor. Le titre m’a titillé. Le résumé encore plus. Mais c’est après avoir lu les premières lignes du roman que tout m’est revenu. Je tenais entre les mains ce roman si longtemps recherché. C’est donc avec un plaisir immense que je me suis plongée dedans.

Emma, une jeune adolescente anorexique, commence par nous raconter qu’elle s’est fait arrêter dans un magasin, car elle volait. Quand sa mère lui demande pourquoi, elle répond qu’elle voulait qu’on l’arrête. Pour comprendre cette réponse, il faut remonter dans le passé d’Emma. Jusqu’au moment où, un peu avant de mourir, sa grand-mère parle de Sobibor et d’un dénommé Jacques. Emma va vouloir comprendre ce qu’est Sobibor, et qui est ce Jacques dont elle n’a jamais entendu parler. Le journal écrit par Jacques, durant la deuxième guerre mondiale, alors qu’il était en poste au camp de Sobibor, en Pologne, va lui apporter de terribles réponses.

A travers ce roman, Jean Molla aborde plusieurs thèmes. Il revient sur un épisode marquant de notre histoire : l’extermination des juifs par la politique d’Hitler. Par ce biais, il nous questionne aussi sur la question de la responsabilité de nos gestes, sur la question du pardon. Il aborde aussi le thème de l’anorexie, et à quel point un « cadavre dans le placard », un secret de famille, peut se ressentir inconsciemment pendant plusieurs générations. Enfin, l’auteur nous met aussi face à une question en apparence tellement simple : comment aurions-nous réagi à la place d’Emma ?

Le style de Jean Molla est claire, compréhensible, sans fioriture. Il nous met face aux réalités dont il parle, ne cache rien derrière des figures de style ou des métaphores. Les évènements sont livrés sans se préoccuper de ne pas trop choquer le lecteur ou de susciter de la pitié.

Je trouve qu’il est difficile d’apprécier les personnages. La grand-mère d’Emma est secrète, et même si elle m’était très sympathique au début, ce sentiment décline au fil du roman. Les parents d’Emma sont relativement absents. Quant à Emma, on comprend son état d’esprit, ses motivations. On ne la plaint pas, elle n’est pas non plus exaspérante. Mais sa réaction à la fin du roman est très dur, elle m’a choquée.

Sobibor est écrit d’une main de maître, et malgré les sujets durs abordés et les passages tristement marquants, je n’ai pas lâché ce livre. En conclusion, c’est un excellant roman, qui va vous marquer et dont vous vous souviendrez longtemps après l’avoir lu.

A la fin du livre, Jean Molla écrit que l’origine du livre est le film Shoah, de Claude Lanzmann.

Sobibor n’est pas le premier roman qui parle de la seconde guerre mondiale et de ses horreurs. Le dernier que j’ai lu est Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre, de Ruta Sepetys. Mais dans celui-là, on ne nous parle pas d’Hitler et de l’Allemagne, mais des déportations de lituaniens sous le régime de Staline.

 

Autres avis :

Cynthia ; Clara ; Isa ; Myiuki ; Cyril ; June ; Piplo

 

Chronique de décembre 2011

Publicités

2 réflexions sur “Sobibor – Jean Molla

  1. J’ai vraiment passé un excellent moment avec ce livre même si Emma ne m’a pas particulièrement plu. J’aime beaucoup les questions que Sobibor nous force à nous poser…

  2. Bonjour, je reprends honteusement le commentaire que j’ai posté sur votre blog.. avant de voir que vous aviez un site !

    Gosh, je suis tombée sur ce livre par hasard et j’ai moi aussi été totalement bouleversée. Je cherchais désespérément d’autres personnes l’ayant lu pour voir un peu quels étaient les autres avis et échanger un peu autour. Pour ma part j’ai été touchée par la réaction d’Emma à la fin, mais pas du tout choquée. Finalement, je trouve qu’elle s’est simplement dévêtue de tout ce qu’il lui restait d’humanité. On peut trouver la comparaison gênante car finalement, même si Emma subit son sort, c’est tout de même elle qui s’inflige ce sort. Elle est dans une démarche à demi-passive, à demi-active alors que les victimes des camps n’étaient que victimes. Mais vis-à-vis de son « interlocuteur » (je ne spoile pas), c’était peut-être un rappel. Une sorte de « Non, tu n’oublieras pas »…

    Un livre très riche…

Prendre la plume

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s