La Marque des Anges, tome 1 : Fille des chimères – Laini Taylor

Titre VO : The Daughter of Smoke and Bone, book 1

Traducteur : Anne Krief

Édition : Gallimard jeunesse

Date de parution : 2012

Nombre de page : 445 p.

A propos de l’auteur : Laini Taylor vit à Portland (Oregon). Fille des chimères est son premier roman en France. Elle est l’auteur de la série de fantasy Dreamdark, et son triptyque Lips Touch, composé de trois nouvelles de fantasy, a été plusieurs fois récompensé. Elle est comparée à Charles de Lint et Neil Gaiman. (source : Amazon)

 

Quatrième de couverture :

L’amour impossible d’un ange et d’une chimère, une guerre millénaire entre deux peuples…

Des ruelles de la Prague d’aujourd’hui à un monde sombre et fabuleux, la quête identitaire d’une héroïne passionnante. Karou remplit ses carnets de dessins de monstres qui sont peut-être réels. Elle a 17 ans, parle de En nombreuses langues – pas toutes humaines – et ses cheveux bleus poussent de cette couleur. Une question la hante : Qui est-elle ?

 

Mon avis:

Karou est une jeune fille de 17 ans qui habite Prague et qui fréquente une école d’art. Elle pourrait passer pour une adolescente comme les autres, quoi qu’un peu excentrique, avec ses cheveux bleus et son imagination débordante (ses dessins représentent des créatures hybrides). Mais c’est sans compter son don pour les langues, les cicatrices sur son ventre, les « courses » mystérieuses qu’elle fait, et les questions qu’elle élude systématiquement. En fait, Karou est orpheline et a été élevé dans un étrange endroit rempli de magie, par des personnes encore plus étranges : des chimères. C’est pour l’une d’elle, Sulfure, que Karou disparait parfois dans différentes parties du monde pour lui ramener des dents. Karou aimerait savoir à quoi servent ces dents, tout comme elle aimerait savoir qui elle est. Et c’est la venue d’un ange sur terre qui lui apportera des réponses… entre d’autres choses.

Une nouvelle fois, ce roman envoyé par les éditions Gallimard ne m’a pas tapé dans l’œil dès que je l’ai eu entre les mains. Encore une série, encore une histoire d’ange et d’amour impossible. A croire que les auteurs jeunesses ne savent plus faire autre chose. Et puis, j’ai vraiment un problème avec cette couverture, que je trouve plutôt répulsive (la photo ne me plait pas et les couleurs font mal aux yeux). Mais bon, puisque je l’ai reçu, je l’ai lu.

La première partie du livre m’a beaucoup plu. Le décor est rapidement planté (Prague, ville européenne, pour changer) et on fait connaissance avec l’héroïne, Karou, une jolie jeune fille aux cheveux bleus. J’ai très vite trouvé Karou sympathique (j’aime beaucoup sa manière de gérer son ex désagréablement collant), et elle change agréablement des héroïnes qu’on trouve souvent dans la littérature jeunesse. En même temps que le cadre de l’histoire se place, les premières questions surviennent. Si on ajoute à cela les courses de Karou pour Sulfure, et les nombreuses découvertes que l’on fait, on ne s’ennuie jamais. La lecture est agréable et rythmée, les explications et descriptions suffisantes pour bien s’immerger dans l’histoire, les personnages diversifiés et bien creusés,…

Les choses changent dans la seconde partie du roman. A partir du moment où Akiva fait son apparition, le ton du roman se modifie. Moins de passages amusants, une atmosphère plus sombre, et plus de questionnements. Ca, c’est pour le positif. Cependant c’est aussi à partir de ce moment que la romance entre en jeu et que l’action ralentie considérablement. Même si l’histoire d’amour entre les héros ne dégouline pas de mièvrerie, je n’ai pas accroché du tout. J’ai l’impression de lire toujours la même chose : une histoire d’amour impossible entre deux personnages exceptionnels qui devraient être ennemis mais qui tombent amoureux au premier regard. Bref, ça manque cruellement d’originalité. Heureusement, à coté de cette romance, l’histoire continue à se dérouler,… L’intrigue n’est pas oubliée, elle ne passe pas au second plan, et donc j’ai continué ma lecture.

Pour conclure, Fille des chimères se lit avec plaisir, grâce à l’intrigue bien travaillée, grâce à la personnalité de Karou, et surtout grâce au dépaysement procuré. En effet, la mythologie de l’auteur est complexe et originale. Mais le roman perd un peu de sa singularité à cause de l’histoire d’amour traitée d’une façon beaucoup trop classique.

Je pense que je me laisserai certainement tentée par le second tome.

 

Autres avis :

Well-read-kid ; iwry ; Venji ; paikanne ; Liliebook

 

Chronique de février 2012

Publicités

4 réflexions sur “La Marque des Anges, tome 1 : Fille des chimères – Laini Taylor

  1. C’est vrai que la couverture fait carrément mal aux yeux !! Je ne l’aime pas du tout. Quant au livre en lui même, il est pas mal, j’avais passé un bon moment même si un an après je n’ai pas beaucoup de souvenirs de l’histoire…

  2. J’ai acheté le livre aujourd’hui (avant de lire les critiques que l’on peut trouver sur le web). Quand je suis allée voir les critiques je trouvais que les lecteurs y allaient un peu fort à propos de la couverture. Personnellement, je la trouvais simple et mystérieuse. En fait, pas mal du tout. Mais il s’agissait là d’une couverture SUR une couverture. Un genre de papier que l’on peut enlever, au choix. Quand, par curiosité, j’ai regardé dessus, je me suis dit qu’ils avaient bien fait de masquer la véritable couverture….
    Je crois que je n’en ai jamais vu d’aussi moche.

    Ensuite, pour ce qui est de l’histoire, je verrai bien en lisant 🙂 J’ai hâte de me faire mon propre avis.

Prendre la plume

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s