La malédiction d’Old Haven – Fabrice Colin

Édition: Albin Michel (Wiz)

Date de parution : 2007

Nombre de page : 637 p.

A propos de l’auteur : Fabrice Colin, né le 6 juillet 1972, a été rédacteur de jeux de rôles, pigiste puis collaborateur de la revue Casus Belli. Il publie son premier roman Neuvième cercle en 1997. Il s’est depuis illustré dans de nombreux domaines des littératures de l’imaginaire, écrivant pour la jeunesse aussi bien que pour les adultes. Il est également scénariste de BD et auteur de pièces radiophoniques. (source : livraddict)

 

Quatrième de couverture :

« Il est un trait qui nous distingue, nous les Wickford, du commun des mortels : nous ne savons pas nous soustraire au destin. »

1723. Gotham. Orphelinat de la Sainte-Charité. Mary Wickford, jeune orpheline à la beauté flamboyante, quitte le couvent et les sœurs qui l’ont recueillie dix-sept ans plus tôt. En route vers l’est, la jeune fille s’arrête dans le vieux village d’Old Haven où règne une atmosphère lourde de secrets. Sans jamais être venue, elle connaît ces paysages de brumes et de ténèbres… C’est ici, à Old Haven, que fut brûlée vive, quarante-deux ans auparavant, une sorcière du nom de Lisbeth Wickford… Descendante de cette longue lignée, Mary est-elle née maudite ou est-elle destinée à sauver un monde en péril ?

 

Mon avis:

Soyons honnête dès à présent : j’ai abandonné ce roman avant même d’en avoir lu la moitié. C’est d’abord à cause d’un mauvais choix de ma part. J’ai emprunté ce roman à la médiathèque et j’étais déjà en retard pour le rendre, je n’avais que très peu de temps pour lire, j’avais l’esprit entièrement tourné vers le travail à fournir pour la fac. Du coup, je n’étais pas vraiment dans un bon état d’esprit pour commencer La malédiction d’Old Haven, qui de plus ne me tentait pas plus que ça, mais qu’on m’avait chaudement recommandé.

Concernant le roman, je ne suis pas du tout arrivée à me plonger dans l’histoire. L’Amérique au dix-huitième siècle peuplée de sorcières et d’animaux fantastiques ne m’a absolument pas convaincue. Au contraire, croiser des dragons m’a plutôt gêné. J’imaginais un traitement plus proche de la réalité. Le personnage de Mary ne m’a fait ni chaud ni froid, de même que les autres personnages. Le seul qui a éveillé un peu ma curiosité, car je l’ai trouvé moins creux que les autres, est le pasteur.

Pourtant, l’écriture est très agréable, le suspens ne manque pas, et il y a un mélange des genres qui semble assez intéressant (pour le peu que j’en ai vu).

Disons que c’est un coup manqué, mais qui m’a quand même donné envie de découvrir d’autres romans de Fabrice Colin… dans de meilleures conditions !

 

Autres avis :

Poet24 ; Fée bourbonnaise ; Ptitetrolle ; Le Mammouth ; Novelenn

 

Chronique de mars 2012

Publicités

Prendre la plume

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s