L’Ange de la nuit, tome 1 : La Voie des ombres – Brent Weeks

Titre VO : The Night Angel Trilogy, book 1 : The Way of Shadows

Traducteur : Olivier Debernard

Édition : Bragelonne

Date de parution : 2009

Nombre de page : 547 p.

A propos de l’auteur : Brent Weeks, né dans le Montana, passa quelque temps à parcourir le monde, à s’occuper d’un bar et à corrompre la jeunesse (mais pas en même temps), avant de commencer à écrire sur des serviettes en papier de restaurants. Enfin, un jour, quelqu’un décida de le payer pour ça. (source : Bragelonne.fr)

 

Quatrième de couverture :

Le tueur parfait n’a pas d’amis, il n’a que des cibles. Pour Durzo Blint, l’assassinat est un art et il est l’artiste le plus accompli de la cité, grâce à des talents secrets hérités de la nuit des temps.

Pour Azoth, survivre est une lutte de tous les instants. Le petit rat de la guilde a appris à juger les gens d’un seul coup d’œil et à prendre des risques – comme proposer à Durzo Blint de devenir son apprenti. Mais pour être accepté, il doit commencer par abandonner son ancienne vie, changer d’identité, aborder un monde d’intrigues politiques, d’effroyables dangers et de magies étranges, et sacrifier ce qui lui est le plus précieux…

 

Mon avis:

C’est un roman dont j’avais pas mal entendu parler et que je voulais absolument lire à un moment ou à un autre. C’est chose faite.

Azoth est un jeune garçon de 11 ans qui vit dans le Dédale, un quartier misérable de Cénaria. Soumis à l’autorité du Rat, qui va bientôt être à la tête de sa guilde, il vit dans la peur et l’humiliation constantes. Mais Azoth a un but : il veut devenir l’apprenti de Durzo Blint, un des meilleurs tueurs de la ville, un homme que rien, aux yeux d’Azoth, n’effraie. Quand Poupée, une petite fille qu’Azoth et son ami Jarl ont prise sous leur protection, est mutilée par le Rat, Azoth décide de réagir et de tout faire pour que Blint l’accepte comme apprenti. Azoth apprendra alors l’art des armes et des poisons, comment de se travestir, mais il découvrira aussi les arcanes de la politique et la manipulation, jusqu’au jour où il devra se demander jusqu’à quel point il est prêt à obéir à son maitre.

Au départ, je me suis demandée pourquoi ce roman avait pu plaire autant. Le début du livre est intéressant, les descriptions sont vivantes (et parfois Brent Weeks n’a pas peur d’être très réaliste), les personnages intrigants. On nous parle d’Azoth, de sa guilde, du Rat, de Poupée et de Jarl, et on apprend à les connaitre. Dans le même temps, on a un aperçu de la situation politique de Cénaria, des intrigues qui planent autour du roi, malade. Mais j’ai trouvé le début du livre un peu plat.

A partir du moment où Azoth devient l’apprenti de Blint, j’ai apprécié un peu plus ma lecture. On quitte plus ou moins le Dédale, et on pénètre dans une autre partie de la société, tout en suivant l’apprentissage d’Azoth. Apprentissage qui n’est d’ailleurs pas détaillé, et je pense que c’est une bonne chose.

Mais c’est lorsque Azoth a grandi que les choses prennent une tournure passionnante. C’est à ce moment qu’on se rend compte, petit à petit, de l’enchevêtrement des intrigues politiques, de la profondeur des personnages. Cette seconde partie de roman donne plus à réfléchir et m’a entrainé plus loin dans la connaissance Cénaria et des pays qui l’entourent.

J’ai aimé découvrir les personnes que sont réellement Blint ou Mamma K et j’ai adoré être confronté aux dilemmes d’Azoth et suivre son évolution. J’ai aussi beaucoup aimé le fait qu’on retrouve dans la suite du roman des personnages qui ne semblaient pas vraiment important lors de la première partie. J’ai aussi aimé la présence de méchants vraiment méchants, qu’on peut détester à souhait.

Brent Weeks maitrise parfaitement son scénario et, chaque fois que quelque chose semble clair, il rajoute une couche de complexité. Mais au-delà de l’action, il n’oublie pas d’ajouter des petits moments d’émotions, et des touches d’humour.

Bref, après quelques longueurs au début qui m’ont fait craindre pour la suite, j’ai été totalement emporté par ce roman à l’univers noir, par ses personnages profonds et très travaillés, par ses intrigues tellement bien ficelées. La Voie des ombres est un roman qui va crescendo et dont j’ai hâte de découvrir la suite.

 

Autres avis :

Olya ; BlackWolf ; lebonsai ; TheChouille ; Blanche

bc fantasy 2012

Chronique de mars 2012

Publicités

Prendre la plume

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s