Leïlan, l’intégrale de la trilogie – Magali Ségura

Édition: Bragelonne

Date de parution : 2011

Nombre de page : 689 p.

A propos de l’auteur : Magali Ségura est née en 1972. Elle a été découverte avec son premier texte, Contre la fatalité, une nouvelle nominée au Grand Prix de l’Imaginaire et récompensée par le Prix Bob Morane Imaginaire en 2000. Confirmation de son talent, son cycle de Leïlan a comblé les amateurs de merveilleux et de cape et d’épée.

 

Quatrième de couverture :

Il est un royaume mystérieux que l’on nomme Leïlan, le pays des Illusions.

Depuis qu’un drame affreux a frappé la famille royale, les frontières sont fermées et le peuple est opprimé par l’infâme duc Korta. Une rencontre pourrait tout changer : celle d’un jeune messager, Axel, et d’une fascinante jeune fille aux yeux bleus. Mais un secret entouré de sorcellerie les sépare et rend leur amour impossible. C’est alors que surgit un justicier insaisissable qui met les hommes du duc en échec.

Qui est ce héros dont l’identité cachée est jalousement défendue ? Quelle est cette formidable compagnie qui partage ses exploits ? Sauront-ils contrer le destin tragique qui empêche l’espoir de renaître ?

 

Mon avis:

Depuis le temps que ce livre est dans ma PAL ! Je l’avais acheté lors de l’opération Bragelonne « 10 livres, 10 euros », mais sans être plus attirée que ça par le résumé.

Magali Ségura nous conte l’histoire d’Axel, un jeune homme porteur d’un message du roi de Pandème à l’attention du roi de Leïlan ; et de Vic, une étrange jeune femme aux yeux bleus qui vit dans la forêt. Les deux jeunes gens vont se rencontrer peu après l’arrivée d’Axel sur le territoire leïlanais, et Axel va rapidement se mettre du coté de Vic dans sa lutte contre Korta, un duc qui prend de plus en plus de pouvoir dans le royaume et martyrise le peuple. Mais sous couvert d’une simple lutte entre Korta et Vic, c’est un combat entre le Bien et le Mal qui se déroule…

Voilà un petit résumé pour un livre plein de mystères, et on peut dire qu’il porte bien son nom. En effet, Leïlan est plein d’illusions. Il ne faut se fier ni aux choses qu’on apprend, ni aux noms qu’on nous donne, et même les personnages ne sont pas ceux qu’on imagine. Mais si de nombreux mystères peuplent ce roman, on ne s’y perd pas. Certaines révélations arrivent ou se devinent très rapidement, d’autres sont égrainées au fil de l’histoire. Du coup, on ne s’ennuie pas, et on n’est pas non plus passif, puisqu’on réfléchie à tout ce qu’on apprend. Et puis, l’action ne manque pas, entre les voyages d’Axel, les combats contre Korta, et ce qui se passe dans le château royal.

En outre, il y a plein de choses à découvrir, dans l’univers de l’auteur. Certes, on reste principalement dans le royaume de Leïlan, mais celui-ci ne manque pas de créatures étranges et de lieux mystérieux. Cependant, les croyances communes et celles spécifiques à chaque peuple ne sont pas en reste. Toute la mythologie des Esprits est développée au fur et à mesure, l’Histoire de Pandème est dévoilée progressivement grâce au récit d’un ancien roi,… En clair, je n’ai pas ressentie de manque, les informations données par Magali Ségura sont largement suffisantes à mon sens.

Petite déception tout de même du coté des personnages. Je ne me suis pas formalisée du manichéisme de la plupart des personnages, étant donné qu’on est dans une lutte du Bien contre le Mal. En faite, j’ai même adoré que Korta soit un vrai méchant, un lâche, un homme impardonnable, parce que j’adore détester un personnage (ça défoule ! ^^) Non, c’est en faite un personnage en particulier qui m’a déçue : celui de Vic. Dans les trois premiers quarts du roman, Vic est une héroïne comme je les aime : elle a du caractère, elle est fière, c’est une meneuse, elle sait se battre aussi bien qu’un homme : c’est une femme forte, mais qui n’a pas oublié sa féminité. Mais ensuite, je l’ai trouvé plus faible, moins sure d’elle, dépendante d’Axel,… Vic s’est éloignée de l’image de la sauveuse du peuple pour se rapprocher de celle de la jeune fille peu sure d’elle et qui attend de son « prince » qu’il la défende…

Bref, très peu de points faibles dans ce roman, malgré une petite baisse d’intérêt dans le dernier quart. Leïlan m’a donné envie de découvrir le nouveau livre de Magali Ségura (Le prix d’Alaya), qui vient de sortir chez Bragelonne. Et surtout, je suis ravie de lire un peu de fantasy française !

Autres avis :

Lanyla ; Aily ; Anesidora ; deliregirl1 ; Endorphinage

 

Chronique de mai 2012

Publicités

Une réflexion sur “Leïlan, l’intégrale de la trilogie – Magali Ségura

Prendre la plume

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s