Petit frère – Christophe Lambert

Édition: Intervista (15-20)

Date de parution : 2003

Nombre de page : 200 p.

A propos de l’auteur : Christophe Lambert est un écrivain français né en 1969. Après des études de cinéma, il réalise plusieurs métrages puis travaille pour la télévision et dirige des ateliers vidéos dans les collèges. Depuis quelques années, il ne vit cependant plus que de sa plume et réussit à publier environ trois romans par an. Il fait ses débuts en littérature en 1996, à l’âge de 27 ans, en publiant Sitcom en péril, un roman policier pour la jeunesse teinté d’humour et de critique sociale qui se déroule dans les milieux de la télévision qu’il connaît bien. En 2000, il quitte Hachette pour les éditions Mango. Puisant parfois son inspiration parmi les nombreux films de genre visionnés pendant son adolescence, Christophe Lambert a écrit une trilogie de space-opera, Les Chroniques d’Arkhadie, en hommage à Star Wars qu’il découvrit, ébloui, à l’âge de 10 ans.  (source : Livraddict)

 

Quatrième de couverture :

Lorsque leur fils David meurt brutalement à 10 ans, Andrew et Geena Martin, fous de douleurs, acceptent que leur enfant soit cloné. Mais comme cette pratique est interdite, ils sont contraints d’habiter dans la « Nouvelle-Arkham », un étrange village fortifié perdu en plein désert. Neuf mois plus tard, au cours d’une cérémonie, on leur remet un nouveau David bien vivant et en tout point semblable à l’original.

Mais bien vite, Andrew, Geena et leur fille Kimberley réalisent que « David-2 » n’est pas une simple copie de l’ancien et que derrière la Nouvelle-Arkham se cache une secte implacable. Le piège semble bel et bien s’être refermé sur les Martin.

 

Mon avis:

Andrew et Geena Martin sont les parents de deux enfants : David, 10 ans, et sa sœur aînée Kim. Quand David meurt, noyé, Andrew et Geena sont terrassés par la douleur. Alors, quand on leur propose de « redonner la vie » à David en le clonant, ils acceptent. Comme le clonage est interdit, la famille doit déménager dans une ville, Nouvelle-Arkham, en plein désert. Le nouveau David intègre la famille, mais le bonheur n’est pas tout à fait au rendez-vous. En effet, il semble se trâmer des choses bizarres, à la Nouvelle-Arkham.

Décidément, il semble que Christophe Lambert aime traiter des sujets d’actualités. Après l’immigration et la télé-réalité dans Le dos au mur (un des rares livres que je suis arrivée à faire lire à mon petit frère, pourtant réfractaire dès qu’il y a plus de 5 lignes par pages), l’auteur nous parle dans Petit frère du clonage et du sectarisme. Deux sujets qui pourraient paraitre un peu compliqués pour des jeunes lecteurs, et pourtant ce n’est pas le cas ici.

Christophe Lambert, à travers son récit, montre très bien comment on peut se faire embriguader dans une secte, de quelle façon on joue sur le malheur des gens, sur la corde sensible, pour persuader les gens (le discours du « psychologue » après la mort de David, la cérémonie de la résurection,…). En même temps, Christophe Lambert aborde le thème du clonage et montre qu’être semblable physiquement ne veut pas dire être pareil. Il utilise pour cela un exemple simple mais frappant. Les différences entre le David mort et le David cloné : même ADN, et pourtant une personnalité et des goûts différents. En clair, on aborde des sujets très sérieux de manière très simple, très compréhensible. D’autant plus qu’à la fin du roman, Christophe Lambert livre des extraits des méthodes utilisées pour embrigager les gens, et rattache son roman à des faits réels et récents.

En outre, le roman est très agréable à lire. Le récit est très vivant, il démarre très rapidement et il n’y a pas vraiment de temps morts. Même les explications font l’objet de péripéties (par exemple, quand Andrew se rend dans le bar). D’un autre côté, ça m’a laissé une impression de rapidité, comme si tout s’était passé en deux ou trois jours, alors que c’est un peu plus long.

Enfin, un autre point attractif du roman est sa galerie de perosnnages. J’ai très rapidement accroché avec la famille Martin, et particulièrement avec Kim, pour qui le second David ne pourra jamais remplacer le premier. Geena et Andrew sont terriblement crédibles dans leur douleur, leurs peurs et leurs hésitations. Sans approuver leur choix, j’ai compris sans peine ce qui a pu les pousser à accepter le clonage. Le David cloné est très touchant, dans sa volonté de comprendre qui il est, de vouloir retrouver son passé, et sa relation avec Kim, qui ne l’accepte pas au départ, est très intéressante. Enfin, j’ai été surprise par le couple âgé, que je n’imaginais pas de ce bord.

Bref, Petit frère est un roman plein d’intelligence, très bien écrit et prenant, même si je regrette un peu la rapidité du récit.

Et pour finir, je tiens quand même à signaler la fin du roman, une fin comme je les aime, une fin qui laisse au lecteur le soin d’imaginer la suite. Je m’y attendais tout en l’espérant, pour que les choses ne finissent pas trop simplement, par un happy end total. Bref, une fin très réussie.

 

Autre avis :

Flof13

Chronique de juin 2012

Publicités

Prendre la plume

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s