Les Eveilleurs, livre 1 : Salicande – Pauline Alphen

Édition: Livre de poche

Date de parution : 2012

Nombre de page : 544 p.

A propos de l’auteur : Née d’un père français et d’une mère brésilienne, Pauline Alphen a vécu toute sa vie entre la France et le Brésil. Baignée dans une double culture, elle découvre avec la traduction un espace qui lui permet de créer un « entre-deux » linguistique. Après avoir entrepris des études de journalisme et d’histoire au Brésil, elle se lance dans une carrière d’auteur et de traductrice. Pauline Alphen vit aujourd’hui à Toulouse.

Quatrième de couverture :

« Nous avions trois lunées, mon frère et moi, lorsque notre mère a disparu. S’il est vrai que la vie connait des carrefours, celui-là en est un. Nous avons grandi sans elle mais entourés d’amour, dans notre vallée protégée de Salicande. Nous ne savions rien des Temps d’Avant, rien de la Grande Catastrophe ni des objets interdits. Rien de nos dons étranges. »

Carnet de Claris, extraits in Archives de la Guilde des Nomades de l’Ecriture

Mon avis:

Au XXe siècle, notre monde a connu une grande catastrophe qui a tué une partie de la population. Les survivants se sont alors éparpillés et ont formé de nouvelles communautés. Une d’elle s’est installée dans la vallée de Salicande, havre de paix protégé, à l’écart du reste du monde. C’est là que grandissent les jumeaux Claris et Jad. Mais bientôt cette vie paisible et routinière va être bouleversée : les Elementaux font leur retour, Jad découvrent un mystérieux jeu dont les pièces bougent toutes seules,… Les dons particuliers des deux enfants y sont-ils pour quelque chose ?

Après les nombreux avis que j’avais lus, j’attendais de lire ce roman avec beaucoup d’impatience et d’attentes. Surement trop, vu que j’ai été un peu déçue.

L’histoire est sans aucun doute intéressante. Tout d’abord, elle a lieu sur notre Terre, et dans un futur pas si lointain que ça. On retrouve d’ailleurs des choses qui nous sont familières (comme le cinéma), et même des références littéraires de notre époque (Harry Potter, le seigneur des anneaux,…). C’est très plaisant. Mais dans le même temps, impossible d’oublier que ce n’est pas la Terre telle qu’on la connait. Une grande catastrophe a eu lieu, qui a bouleversé les gens et leur mode de vie. Cet aspect là, le monde dans lequel évoluent les personnages, est très bien traité et expliqué. La plume claire et précise de Pauline Alphen y contribue parfaitement.

De plus, les personnages sont assez nombreux pour offrir au lecteur une vraie diversité. Certains m’ont même conquis : Jad, avec son caractère relativement posé et sa réflexion ; Ugh, que j’ai envie de découvrir plus ; le Mandarin, pour ses connaissances et son talent particulier ; Bahir, et sa façon de voir le monde. Par contre, je n’arrive pas à apprécier Claris (c’est bien embêtant, puisque c’est l’un des personnages principaux). Elle se plaint constamment d’être une fille ou bien de ne pas avoir une vie pleine d’aventures (alors que si elle ouvrait un peu les yeux, elle remarquerait bien que sa vie n’est pas aussi plate qu’elle le pense), n’écoute pas souvent ce qu’on lui dit ou conseille,… Je la trouve assez égoïste.

Mais ce premier tome m’a laissé sur ma faim. Comme souvent dans les premiers tomes, on pose beaucoup d’éléments, et l’action est un peu mise de côté. Cette fois-ci, je n’ai pas pu m’en contenter, même s’il y a beaucoup de choses sur lesquelles s’interroger (les dons des jumeaux, le mystérieux jeu, la disparition Sierra,…) En fait, je dirai même que c’est à cause de ces trop nombreuses interrogations que je ne suis pas satisfaite. Je trouve que l’auteur ne donne pas assez d’informations. Pour tout dire, je ne me suis réellement intéressée à l’histoire que dans le dernier tiers du roman, et je ne me suis plongée totalement dans ce dernier que quand le rythme s’est accéléré pour de bon, quand l’action est véritablement arrivée, c’est-à-dire dans les trois derniers chapitres.

Pour autant, ces derniers chapitres ont été si captivants que j’ai en partie oublié ma déception du début, et que je suis prête à me lancer sans hésitation dans la lecture du second tome. En espérant néanmoins que la suite des aventures des jumeaux reprennent sur un rythme plus entrainant que celui du premier tome, et que Pauline Alphen réponde enfin à certaines de mes interrogations.

Bref, je m’attendais à un roman exceptionnel, mais ce premier tome des Eveilleurs m’a laissé sur la touche pendant plus de la moitié du roman. Mais la fin est tellement prenante qu’il est impossible de ne pas avoir envie de connaitre la suite.

Autres avis :

Sandra ; Odwy ; nanet ; Luna ; reveline

bc fantasy 2012Chronique d’août 2012

Publicités

Prendre la plume

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s