L’envoyé des monarchies de l’ombre – Olivier Lusetti

 

Édition: Editions Fantasy

Date de parution : 2014

Nombre de page : 264 p.

A propos de l’auteur : Il est le fondateur d’une association sur les littératures de l’imaginaire.

Quatrième de couverture :

En Chine – un demi-siècle après Confucius – l’empire se morcelle. Les princes annexent les états comme le ver à soie dévore les feuilles du mûrier.

Dans le monde des esprits, les Monarchies de l’Ombre voient en la naissance d’un enfant le moyen de fouler et régner une fois encore sur la terre des hommes. La Mort qui tremble quand toute vie est menacée dépêche son envoyé. L’entité envahit l’âme d’un jeune prêtre. Partageant sa conscience, elle le force à rechercher une incroyable magie curative. Dans un royaume voisin, un souverain agonise. Son décès obligera sa fille guerrière au mariage. Révoltée, elle fait enlever le religieux.

Des liens se tissent, des destins se nouent. Mais entraveront-ils la terrible venue de la nuit du monde ?

Mon avis:

Tout d’abord, je remercie Babelio et les Editions Fantasy pour m’avoir permis de découvrir le premier tome de la série d’Olivier Lusetti. Malheureusement, je ressors déçue de ma lecture.

Le roman se passe à l’époque de la Chine ancienne, et est donc imprégné de confucianisme et de bouddhisme. On ne peut que saluer le très gros travail de recherche fait par l’auteur, qui a su s’approprier la culture chinoise. Le lecteur est donc invité à plonger dans un monde complexe et dépaysant.

L’histoire en elle-même est captivante et recherchée, très travaillée. Mais le style de l’auteur m’a gêné et je ne suis pas arrivée à m’immerger dans le récit. Le style d’Olivier Lusetti est en effet très soigné, je dirai même philosophique. Cela colle très bien avec le récit, mais ça m’a complètement déstabilisé, et je ne suis pas arrivée à passer outre. De plus, il faut être concentré pour arriver à suivre l’histoire : impossible de la lire en pensant à ce qu’on va cuisiner le soir ! En outre, j’ai trouvé que le récit comporte des lourdeurs, notamment avec les passages de descriptions, d’explications des us et coutumes. C’est bien sur très intéressant, mais je pense que le roman aurait gagné à en comporter moins.

Pour finir, je n’ai pas non plus accroché avec les personnages. Le personnage principal, le moine Frère compatissant, est sage et très humaniste. Pourtant je l’ai trouvé distant. Il en va de même avec la fille du roi, une femme guerrière qui veut devenir général : elle m’a assez rapidement agacée. En fait, la seule qui a su m’intriguer et me fasciner, c’est Asha.

Bref, L’envoyé des monarchies de l’ombre est un roman complexe avec une écriture très spéciale. Il n’a pas su me convaincre, mais je pense qu’il plaira à ceux qui apprécieront le style de l’auteur, et aux inconditionnels de la Chine ancienne.

Autres avis :

freelfe ; Novelenn 

Publicités

Prendre la plume

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s